En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous permettre de conserver votre identification et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Accepter Refuser

RECHERCHER SUR LE SITE
TOUTES LES RUBRIQUES
MESURES
CND
OPTIQUE
AUTOMATISMES
MANAGEMENT
DOSSIERS
A-LA-UNE
AGENDA
A lA UNE
INFOS MARCHE
INFOS PRODUITS
ARCHIVES
Revue Contrôles Essais Mesures
Infos produits

Note moyenne de l'article

Cet article vous a-t-il plu ?
Donnez une note de 1 à 5 étoiles

Par
G-ray Medical et le CSEM poursuivent le développement de la technologie lateniumpour améliorer la qualité des mammographies

Associée au CSEM, la startup neuchâteloise s’appuie sur sa révolutionnaire technologie latenium. Axée autour d’un imageur rayons X à comptage de particules, cette solution prometteuse doit permettre d’améliorer la qualité des images obtenues lors d’examens tels que le dépistage du cancer du sein.

G-Ray Medical Sàrl entend offrir une nouvelle génération d’imageurs à rayon x au monde médical grâce à sa technologie électronique latenium. Pour ce faire, la startup neuchâteloise va poursuivre sa collaboration avec le CSEM. Déjà associés dans le projet Novipix, initié par le Fonds National Suisse, les deux partenaires ont démontré l’efficacité des technologies de G-ray Medical, notamment le collage covalent à basse température de deux galettes de Silicium. Leur collaboration a permis la finalisation d’un détecteur de rayons X novateur.

« Cette nouvelle collaboration va nous permettre de démontrer l’énorme potentiel du développement de l’électronique pour notre détecteur », se réjouit Philippe Le Corre, CEO de G-ray Medical. « Le principal défi est désormais de miniaturiser les pixels du capteur et de minimiser la consommation énergétique du système, tout en offrant une imagerie radiographique de très haute qualité », explique Pierre-François Rüedi, chef du projet au CSEM. Selon le professeur Daniel Rüfenacht, spécialiste en radiologie auprès du groupe Hirslanden, le potentiel du projet est significatif : « Le développement des composants électroniques du détecteur doit permettre de capturer et de traiter les informations des images de manière plus détaillée, à une vitesse aussi rapide que celle de l’œil humain ». À ses yeux, de tels progrès sont attendus par le monde médical, mais pourraient aussi profiter à d’autres domaines scientifiques.

Visitez le site :
www.csem.ch

Note moyenne de l'article

Cet article vous a-t-il plu ?
Donnez une note de 1 à 5 étoiles

Le concepteur de scanners 3D Peel 3d présente Peel 2, une nouvelle version de son scanner qui, avec ses trois caméras, permet, selon l’entreprise québécoise "de capturer la couleur des objets avec une précision numérique encore jama [...]
Infos produits
Hexagon Manufacturing Intelligence annonce le lancement, à l'échelle mondiale, du système PartInspect L, première cellule de mesure 3D automatisée intégrant la technologie de scanner Aicon. Basé sur une technologie de scanning &agr [...]
Infos produits
ESPI annonce la reconduite du partenariat avec le constructeur de machines-outils de haute précision Bumotec, à l’occasion du salon EPHJ 2019 (qui se tiendra du 18 au 21 juin 2019 à Genève). Les deux entreprises affichent une collaboration &eacut [...]
Infos produits
Le 3D Experience Forum ouvre ses portes à Paris ce 21 mai, un événement placé sous le signe de la "Renaissance de l'Industrie". Selon Dassault Systèmes cette "Renaissance" est celle qui remet en question tous les secteurs industriels et soci&eac [...]
Infos produits
Du 16 au 21 septembre 2019, les fournisseurs de technologies de production venant du monde entier tiendront salon à EMO Hanovre 2019. Sous le thème "smart technologies driving tomorrow’s production!", le salon phare des technologies d’usinage des m&eacut [...]